L'école d'Elladat et sa cité Kalinach
Bonjour ou bonsoir.
Merci de votre visite! N'hésitez pas à nous rejoindre Wink
Ce n'est pas très compliqué : il vous suffit de choisir un nom et un prénom conforme à votre futur personnage.
La catégorie "Au tout début il y eu..." est là pour vous servir d'aide à la création du personnage. Et les membres seront ravis de répondre à vos questions.

Nous recherchons:
Des chaotiques.

L'école d'Elladat et sa cité Kalinach

.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'ombre sous les murs [Libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Simhour Burningblood
Gardien renégat
avatar

Race : Vampire (Humain)
Poste : Renégat
Elément : Naur
Nombre de messages : 744

MessageSujet: L'ombre sous les murs [Libre]   Jeu 27 Aoû - 16:20

A Kalinach, il y avait une petite tour. Quelques étages risibles où s'étaient terrés comme des rats les envoyés de la Garde, parce que la dragonne qui gérait le château d’Elladat avait refusé de leur laisser ses remparts. Les fiers guerriers qui luttaient contre les forces du Chaos en étaient donc réduits à posséder une misérable ambassade, un bâtiment corrompu par la magie comme tout le reste à Kalinach ; des murs qui ne leur appartenaient pas et qui ne faisaient pas honneur à la grandeur de leurs idéaux.

Mais ici, oh, comme c’était différent. Ahakom sentait son cœur se soulever d’extase rien qu’à regarder la puissance des murailles de la Citadelle, et son désir était excité par l’idée des centaines – des milliers peut-être ! – de soldats et de chevaliers qui évoluaient dans ses couloirs, chacun jouant le rôle d’un petit rouage essentiel qui permettait à la magnifique machine qu’était la Garde de fonctionner. Une machine réglée au millimètre près, infaillible, et créée dans un seul but : éliminer proprement toute tache de Chaos qui souillait la terre.

Oh, si seulement lui, Ahakom, le vampire aux rêves de pouvoir, pouvait disposer d’une telle arme…


« N’est-ce pas magnifique, Simhour ? s’enthousiasma-t-il auprès de l’autre âme qui occupait son cœur. Regarde, oh regarde, la puissance qui se dégage de ces murs centenaires ! Comment ces rats de Mahais pourraient-ils avoir une chance face à cela ? Qu’en penses-tu ?
- Je me dis juste
, répliqua un Simhour de mauvaise humeur, qu’avec une bâtisse comme ça, ils doivent en avoir, de la place pour stocker les balais qu’on leur demande de s’enfoncer régulièrement dans l’arrière-train.
- Tu es grossier, mon élève. Et très manifestement jaloux.
- Penses-tu
, railla l’autre. J’ai toujours été connu pour laisser les préceptes de l’Ordre me dicter ma conduite. Honnêtement, s’il y a bien une chose que ces remparts m’évoquent, c’est l’envie de les réduire à l’état de cailloux juste pour me dérouiller un peu.
- Tu ne le feras pas
, songea sévèrement Ahakom. J’ai mes plans pour utiliser cette force.
- Tu as des plans pour tout… »


Ahakom ne répondit pas ; il était tout à fait d’accord avec Simhour, pour une fois. Il avait passé ses quatre vies à ourdir des machinations bien huilées pour arriver à ses fins. Il y avait bien eu quelques petits contretemps, mais il était de retour dans le monde matériel, et il s’était tout de suite remis au travail.

Premier objectif : la Garde. S’il pouvait avoir cette force de son côté, alors rien ne l’arrêterait.

Tout excité par cette idée, il reprit ses explorations d’un pas guilleret. Voilà plusieurs heures que le soleil était couché, et il les avait passées à rôder sous les remparts de la Citadelle. Moitié courant, moitié flottant dans sa forme brumeuse, il sautait du plan matériel à celui de l’Ombre pour aller plus vite, plus loin. Cela l’empêchait d’être détecté par la plupart des sorts dont devait disposer la Garde pour protéger sa Citadelle – malgré sa réticence à utiliser la magie – et le vampire exhalait en permanence son Wethil pour créer un camouflage acceptable dans la nuit noire. Seul un observateur attentif aurait pu distinguer ce trouble passager dans l’ombre au pied des murs.

Mais si Ahakom s’était camouflé pour la forme et par habitude, il n’accordait aucune attention aux observateurs éventuels qui pourraient passer par là. Lui, il n’avait qu’une idée en tête, une idée qui étouffait toutes ses autres pensées quand il regardait la puissante Citadelle :



Je la veux !

_________________
Pourtant, sous la tutelle invisible d'un Ange,
L'Enfant déshérité s'enivre de soleil,
Et dans tout ce qu'il boit et dans tout ce qu'il mange
Retrouve l'ambroisie et le nectar vermeil...
Revenir en haut Aller en bas
Léaldir
Professeur de lumière
Professeur de lumière
avatar

Race : Ange
Poste : Professeur de Cala
Elément : Cala
Nombre de messages : 214

MessageSujet: Re: L'ombre sous les murs [Libre]   Ven 28 Aoû - 1:12

[hrp] merci pour l'invit simhour [/hrp]
Comme ça ne faisait pas si longtemps que j'étais rentré, j'ai entrepris de faire le tour du proprio histoire de voir ce qui a changé.

je voletait près de la citadelle des gardes lorsque j'aperçus ou plutôt ressentit une présence près des remparts.

je cherchant mieux, je distingue à peine une silhouette...ou bien une ombre...bref un truc qui bouge... se faufiler dans les basements de l'édifice.

je m'approche pour mieux ressentir sa présence, et je ne trouve qu'une sorte de bouillon dans son esprit.
un peu comme une vinaigrette sans moutarde, on a beau mélanger, il reste toujours des gouttes de vinaigre et des gouttes d'huile; sauf que là c'est constamment en train de se mélanger de se séparer, se rejoindre..... un beau bazar quoi! sauf que l'impression générale, ce n'est ni de la transparence de l'huile, ni la couleur du vinaigre, mais quelque chose de noir et opaque avec comme des éclats argenté (ou serait-ce pourpre sang?) .

sur ces entrefaits, je m'approches, et reconnait un court instant une silhouette que je ne suis pas près d'oublier....le gardiens des ruines...

je me me pose maintenant près de ce qui n'est qu'une ombre et lance avec le plus de confiance en moi que j'ai en réserve, sans me rendre compte que je me trahis en remontant inconsciemment mon col.


"salut toi! l'est trop neuf ce batiment pour un gardien de ruine!"
Revenir en haut Aller en bas
Simhour Burningblood
Gardien renégat
avatar

Race : Vampire (Humain)
Poste : Renégat
Elément : Naur
Nombre de messages : 744

MessageSujet: Re: L'ombre sous les murs [Libre]   Ven 28 Aoû - 14:19

[HRP, aucun problème, je voulais poster un peu avec Simhour/Ahakom de toute façon Very Happy]



« Hmm hmm hmm… »

Sans s’en rendre compte, il avait commencé à chantonner comme une petite fille qui vient de recevoir une nouvelle poupée. Bon, il lui restait encore à déchirer le paquet cadeau. Pour l’instant, il réfléchissait à la meilleure manière de le faire.

Et puis une voix inattendue vint le perturber dans ses réflexions. Ahakom fut immédiatement repoussé et dégoûté par son timbre. On y sentait percer l’honnêteté, la naïveté… L’exact opposé de tout ce qu’était Ahakom, autoproclamé Saigneur de la Nuit, maître s’il en était des manigances et de la corruption. Qui donc pouvait exhaler une telle pureté jusque dans ses mots mêmes ? Et en plus, c’était une injonction toute innocente et sans la moindre étiquette. « Salut, toi ». Personne n’avait jamais dit « salut toi » à Ahakom sans le regretter dans les minutes suivantes. Le vampire chercha des yeux l’auteur de ce scandale.

En fait, il ne fut pas très difficile à repérer. Un être de lumière, volant en pleine nuit… Oh. Un ange. Tout s’expliquait, alors. Les anges représentaient la bonté la plus pure en ce monde, aux antipodes des êtres sombres qu’Ahakom avait appris à connaître lors des siècles passés dans le plan de l’Ombre. Absolument écoeurant. Ahakom darda son regard de braise sur l’ange qui lui faisait face et interrogea silencieusement Simhour :


« Celui-ci a l’air de te connaître. Qui est-ce donc ? »

C’était le genre d’information que son colocataire rechignait habituellement à lui donner et qu’Ahakom se trouvait obligé d’extirper par la force. Mais à sa grande surprise, Simhour répondit immédiatement ; l’antipathie perçait dans ses sentiments.

« Un crétin qui bosse pour Lyre. Je crois qu’il s’appelle Léaldir. Tellement bon jusqu’à la moelle qu’il s’est quasiment interposé dans mon combat avec le chasseur. Sans lui, Tristan Belmont serait de l’histoire ancienne.
- Belmont… Ah oui, le petit chevalier qui t’a posé tant de problèmes,
se moqua Ahakom. On peut donc remercier ce Léaldir, non ? Après tout, si tu avais tué Belmont, tu n’aurais pas eu besoin de venir chercher mon pouvoir pour te défendre.
- Ferme-la, cher ami. Occupe-toi plutôt du chérubin qui nous défie. Pour cette fois, s’il doit y avoir un combat, je te prête mes pouvoirs, à condition que tu nous débarrasses de ce gêneur.
- C’est fort aimable à toi, même si je ne me rappelle pas avoir eu besoin de ta permission. »


Ahakom se lécha les canines avec extase. Malgré ce qu’il avait dit à Simhour, l’autorisation d’accéder à la puissance du Naur de ce dernier rendrait son utilisation bien plus facile lors d’un combat. Ce Léaldir ne savait pas où il mettait les pieds. S’il voulait en venir aux mains, il serait bientôt noyé sous une pluie de feu et d’ombre.

Le vampire fit un pas calculé en direction de l’ange.


« Bonsoir », commença-t-il d’une voix suave. « Que nous vaut ta présence si loin des jupons de Vertus ? Peut-être es-tu venu m’offrir ton sang ? Auquel cas je me verrai dans l’obligation de le décliner. La lumière dégoûtante qui court dans les veines des anges est loin d’être à mon goût. »

Il enchaîna immédiatement sur un ton plus dur, le village crispé par l’envie de détruire l’impudent :

« Parle, angelet, ou fuis de cet endroit. Tu gâches mon plaisir. »

_________________
Pourtant, sous la tutelle invisible d'un Ange,
L'Enfant déshérité s'enivre de soleil,
Et dans tout ce qu'il boit et dans tout ce qu'il mange
Retrouve l'ambroisie et le nectar vermeil...
Revenir en haut Aller en bas
Léaldir
Professeur de lumière
Professeur de lumière
avatar

Race : Ange
Poste : Professeur de Cala
Elément : Cala
Nombre de messages : 214

MessageSujet: Re: L'ombre sous les murs [Libre]   Sam 29 Aoû - 13:01

met la main sur son épaule (ca picote, faut l'admettre)
"vois tu, je reviens à peine de voyage et ca m'a fait plaisir de revoir une tête connue"

regarde un peu plus profondément dans le rouge de ses yeux.

"bien que tu semble avoir changé... tu n'as plus le même regard...c'est dommage, je préférais avant.."

ne prête aucune attention aux réactions de mon interlocuteur

"bon! alors qu'est ce qui te fait autant plaisir?"
Lève les yeux vers la muraille austère où seuls quelques flambeaux sur les tours dénotent une présence humaine.
Revenir en haut Aller en bas
Gottfried de Monte-Foy
Grand Sénéchal de la Garde
avatar

Race : Humain (Fanatique à Moustache™)
Poste : Grand Sénéchal de La Garde
Elément : Cala
Nombre de messages : 40

MessageSujet: Re: L'ombre sous les murs [Libre]   Dim 30 Aoû - 16:30

[Hrp: je m'incruste, mais vu que c'est libre et que c'est chez moi...]


Gottfried faisait sa ronde après avoir prié une bonne partie de la nuit, il aimait parcourir du regard ces murailles pour lesquelles sa personne avait beaucoup donné. Il en était fier, la Citadelle de La Garde, le dernier Bastion Sacré pouvant se dresser face aux forces du mal. Dieu lui en serait reconnaissant lors du jugement dernier, mais il faut savoir rester humble jusqu'à la fin face à L'Unique. Il patrouillait donc, adressant des hochements de têtes ou des saluts militaires aux sentinelles qu'il croisait ou apercevait. Une légère brise faisait doucement flotter sa chevelure et caressait sa moustache. Son instinct ou sixième sens de Paladin l'avertit d'un être maléfique rôdant quelque part sous ses murailles. Il crispa sa mâchoire, et avança d'un pas énergique vers le lieu présupposé.

Au bout d'une vingtaine de mètres, il aperçu un être ressemblant fortement à un ange à côté du sous-fifre des ténèbres qu'il avait pressenti il y avait quelques instants. L'ange était dénué de toute ombre dans son âme, mais il empestait la magie. Quand à l'autre, eh bien il était mauvais, il transpirait la Magie Wethil à un point outrageant. Il serra les poings dans ses gants alchimiques, prêt à en sortir ses armes et fit un bond pour atterrir su le sol, en dessous des murailles. Son halo lumineux brilla d'un éclat plus fort et il se dirigea à grandes enjambées vers le duo singulier. Cela ressemblait plus à une charge qu'autre chose, mais il ne considérait ça que comme une marche rapide. Il aurait fait se disperser un bataillon de soldat rien qu'en les chargeant. Il avait un charisme à déplacer de montagnes. Et sa moustache commençait à frétiller, signe bien distinct relatif à sa colère.

"Vous! Là-bas! hurla-t-il en direction de Léaldir, Que faites vous ici?! Les Mages et autres créatures magiques ne sont pas acceptés dans ce Sanctuaire!! Et vous, cria-t-il d'une voix grondante tel le tonnerre, créature abjecte des ténèbres! Préparez-vous à subir mon courroux! Je n'aurais de cesse qu'après vous avoir tous éradiqués!"

Son aura de Lumière Divine prit en puissance, le sol s'enfonçait plus que d'habitude sous ses pas. Les runes de son bandeau furent parcourues d'un éclair de Lumière Divine (le Cala pour les Paladins) et Gungir, la lance de Légende se matérialisa dans sa main droite. Il l'empoigna et la fit tournoyer autour de lui avant de la stopper brutalement, pointe sur le Vampire, dans une posture de combat. Elle se mit à irradier de lumière, au moment où Gottfried récita une prière:

"Dieu tout-puissant, sage Créateur, Dispensateur bienveillant, pieux Rédempteur,
nous Te prions humblement et Te requérons de nous éclairer,
de nous délivrer des embûches du diable rugissant et de nous protéger,
Accorde-nous, Seigneur, dons et grâces du Saint-Esprit,
afin que nous puissions mépriser ce triste monde et ses souillures.
Permet-nous de travailler humblement au maintien de nos vœux et de Tes commandements.

Toi qui vis et règnes, étant Dieu, par tous les siècles des siècles.
AMEN!"


_________________

CHÂTIMENT DU MAL!!!
Revenir en haut Aller en bas
Simhour Burningblood
Gardien renégat
avatar

Race : Vampire (Humain)
Poste : Renégat
Elément : Naur
Nombre de messages : 744

MessageSujet: Re: L'ombre sous les murs [Libre]   Dim 30 Aoû - 17:36

La familiarité de l'ange commençait à être particulièrement insupportable. « Une tête connue ». C'est ça, Simhour et lui étaient très certainement de vieux amis et ils allaient fêter leurs retrouvailles en buvant une bière à la taverne du coin… Yerk. Ahakom sentait que Simhour partageait son agacement envers l’attitude provocante de Léaldir. Ou peut-être n’était-ce pas de la provocation, mais uniquement la manifestation de la profonde gentillesse inhérente à la race de ces femmelettes ailées ? Dans tous les cas, cela ne faisait pas plaisir au vampire, qui s’approcha encore de l’ange.

« Mon regard, vois-tu, a changé, parce que je ne le dirige plus comme avant vers les plaisirs misérables de ce monde ou les fesses rebondies des catins de Kalinach. A présent, je vise plus haut. Je dirige mon regard vers les cieux, pour que ses habitants sachent qu’une vermine terrestre que je suis les fera bientôt tomber de leur trône… Et peut-être pourrais-je commencer par plumer un ange, histoire qu’ils comprennent bien le message ? »

Il dévoila ses canines acérées. Montrer les dents était une attitude qu’avaient beaucoup de vampires avant un combat et qu’il jugeait absolument ridicule – mieux valait garder la surprise le plus longtemps possible – mais l’ange savait déjà à qui il avait affaire ; le but était donc uniquement de l’impressionner, quitte à se ridiculiser de la sorte.

« Pour répondre à la question : c’est la mort qui me fait tant plaisir », susurra-t-il. « La tienne, pour être précis. »

Mais le combat ne s’engagea pas, car à ce moment-là, un météore percuta le sol. Arquant en sourcil, Ahakom tourna la tête. Le météore en question avait deux bras, deux jambes, une armure et une moustache, il s’était enfoncé de cinquante bons centimètres dans le sol en se jetant du haut des remparts et était manifestement furieux, cinglé et – l’intuition du vampire le lui soufflait – dangereux.

« Tiens, une sentinelle », soupira Ahakom en feignant l’indifférence, alors que tous ses sens étaient soudain aux aguets et son corps prêt à réagir à la vitesse de l’éclair. « Alors si même les gentils sont assez prudents pour remarquer les méchants comme moi qui ourdissent de sales plans sous leurs murs… La lutte entre le Bien et le Mal n’est plus ce qu’elle était. »

Une lance impressionnante venait d’apparaître dans les mains de l’homme, nimbée d’une lumière aveuglante. Fronçant les sourcils, Ahakom tira un voile d’ombre devant son visage pour atténuer l’éclat de la lance et se prépara à esquiver l’attaque qui n’allait pas tarder à venir. Effectivement, voilà le moustachu qui se mettait en mouvement et… commençait à marmonner.

Ce Paladin par excellence allait jusqu’à s’annoncer vingt ans à l’avance. Comme si ça ne suffisait pas, une fois assuré que tout le monde l’avait bien repéré et était prêt au combat, il venait de se mettre à réciter une litanie qu’on ne pouvait pas confondre avec autre chose : c’était une prière. Comme ça, devant l’ennemi. C’en était presque mignon. Normalement, Ahakom lui aurait enseigné les règles d’un vrai combat en lui passant l’épée à travers le corps dès qu’il aurait baissé sa garde, mais deux choses l’en empêchaient. D’abord, il voulait savoir ce que valait exactement un paladin de la Garde, une fois passée sa sale manie de combattre avec honneur. Et puis surtout… Il ne fallait pas prendre à la légère un type capable de sauter d’une muraille haute de deux cents mètres avec une armure sur le dos.

Mais Ahakom avait confiance en ses capacités et en les flammes de Simhour. Pendant que son adversaire perdait du temps à appeler le pantin qu’il nommait Dieu, le vampire plongea une main dans le plan de l’Ombre et en retira son arme de prédilection, l’épée bâtarde qu’il avait amoureusement forgée lors de son existence mortelle, puis modifiée et améliorée au cours des millénaires de bannissement qu’il avait subis ; à présent, l’épée était une arme conceptuelle, la cristallisation de tout ce qu’il y avait de sombre dans le cœur de l’homme. Peur, haine, destruction, mort… La lame terne n’avait pas bu le sang depuis trop de temps. Pour son retour dans le monde matériel, quoi de mieux que d’ôter la vie d’un paladin ?

Avant d’engager le combat, Ahakom jeta un coup d’œil à Léaldir, toujours planté là.


« Et toi, tu fais quoi ? » lui lança-t-il. « Je crois que tu es tout aussi indésirable que moi sous ces murs. Vas-tu rentrer pleurer près de Vertus ou prendre les armes ? Ne songe même pas à désamorcer la situation, notre ami à la moustache a l’air un peu stressé et je crois qu’avant d’être en état d’écouter, il a besoin de casser quelque chose… ou que quelque chose en lui se casse. Je vais essayer de l’y aider. »

_________________
Pourtant, sous la tutelle invisible d'un Ange,
L'Enfant déshérité s'enivre de soleil,
Et dans tout ce qu'il boit et dans tout ce qu'il mange
Retrouve l'ambroisie et le nectar vermeil...
Revenir en haut Aller en bas
Léaldir
Professeur de lumière
Professeur de lumière
avatar

Race : Ange
Poste : Professeur de Cala
Elément : Cala
Nombre de messages : 214

MessageSujet: Re: L'ombre sous les murs [Libre]   Lun 31 Aoû - 21:50

*pfff encore un bourrin*

"Ce n'est pas avec de telles manières que je vais bouger d'ici!"

Prends un peu de recul est dégaine mon épée
je longe de mon doigt le fil de la lame et une lumière cuivrée en épouse les contours puis pareil pour l'arrière de la lame où cette fois une faible lumière d'une blancheur immaculée se mit à irradier un peu partout autour de moi et flouta peu à peu mes contours, chaque geste que je faisais apparaissait alors avec un temps de retard. L'image de mon épée par contre phase avec sa position réelle.
Cette technique qui agit directement sur le trajet de la lumière émise dans la zone derrière l'épée permet que l'adversaire ai toujours un temps de retard sur les actes réels du corps alors que le sort appliqué sur la partie tranchante de l'épée brule tout contact avec quelque chose d'impur...(enfin comme toujours dans les limites de l'utilisateur et de la cible).

*Le sort offensif ne servira surement à rien compte tenu de l'aura sacrée qui émane de du sauteur à l'élastique sans élastique...mais je redoute plus le vampire version 2.0*


Ces préparatifs finis, je me met en garde défensive, attendant celui qui prendra l'initiative du combat.

"vous savez....Le mal n'est pas toujours ce qu'on croit..."
Revenir en haut Aller en bas
Gottfried de Monte-Foy
Grand Sénéchal de la Garde
avatar

Race : Humain (Fanatique à Moustache™)
Poste : Grand Sénéchal de La Garde
Elément : Cala
Nombre de messages : 40

MessageSujet: Re: L'ombre sous les murs [Libre]   Mar 1 Sep - 0:27

Ainsi donc ils ont tout deux répondu par les armes. Logique, venant d'un être maléfique et d'un autre magique. Qui apparemment sait tenir une épée, quoique ses mouvements soient étranges. Saletés de Mages, ils ne savent pas se battre normalement... Mais l'engeance des Ténèbres à quelque chose de vraiment mauvais, il me faut le rayer de ce monde avant qu'il ne fasse quoi que ce soit. Je suis vraiment resté trop longtemps dans la citadelle, dès que j'en aurait fini avec eux, je vais partir pour Elladat en parler avec la Directrice... Il faut renforcer la sécurité. Dieu nous aide.

Gottfried observait ses adversaires, sa réflexion ne dura qu'une fraction de seconde, puis il s'élança d'un bond contre le sbire du Mal, lance armée à un lancer. Après quelques pas en sa direction il pivota sur lui-même et envoya Gungnir droit sur l'ange. Tout en continuant sa rotation sur place, il dégaina Balmung et s'arrêta face au vampire. Il venait juste de remarquer ses canines. Il le foudroya du regard en s'époumonant:

"Un vampire??!! Voilà qu'un de ces infâmes mort-vivant vient se promener sous Ma Citadelle? Ton insolence n'a donc aucune limite? Ton existence misérable prend fin ici!!"

Il se souvenait de la présence d'un Belmont à Kalinach... Bien, ils auraient à parler de cette affaire, ultérieurement.
Sa voix était puissante, mêlée à la colère on eut dit qu'une onde de choc venait d'être envoyée. Une veine gonflait sur son front ceint du bandeau alchimique. Il regardait le vampire, prêt à esquiver la moindre attaque. La tension venait de monter d'un cran, quand il se décida à prier:

Diable abjecte,
au nom de Dieu,
meurs!!
AMEN!!!

Seulement, cette fois-ci il n'eut pas le temps de prononcer le troisième mot, qu'il se retrouvait déjà derrière le vampire, et lui asséna un coup horizontal de Balmung tenue à deux mains, tout en terminant sa prière. Cette dernière fut récitée crescendo, de très fort à... vraiment très fort. La voix de Gottfried ne pouvait pas tuer, mais juste vous réduire les pauvres petits tympans de vos gentilles oreilles en purée. C'était la puissance des prières d'un Paladin au service de Dieu, en plein possession de ses moyens et dans l'exercice de ses fonctions. La réputation que Gottfried avait de faire fuir ses ennemis rien qu'en courant seul vers eux en criant ses prières n'était pas qu'une rumeur, bien au contraire.

Au moment où il allait toucher le vampire, Gugnir allait toucher sa cible, et revenir dans la main de Gottfried, peu après l'impact.

_________________

CHÂTIMENT DU MAL!!!
Revenir en haut Aller en bas
Simhour Burningblood
Gardien renégat
avatar

Race : Vampire (Humain)
Poste : Renégat
Elément : Naur
Nombre de messages : 744

MessageSujet: Re: L'ombre sous les murs [Libre]   Mer 2 Sep - 17:27

Ahakom s’était attendu à ce que Léaldir, devant l’imminence du combat, retourne bien vite à Elladat prévenir Lyre que le patron de la Garde était en train de régler ses comptes avec le vampire qui était la source – ou du moins l’une des sources – des problèmes récents de l’école. Mais non, il avait tiré l’épée, tout en lançant une maxime générique à propos des multiples aspects du Mal. Pourquoi cette folie ? L’ange n’avait rien à gagner dans ce combat… à moins qu’il n’espérât se débarrasser réellement d’Ahakom. L’idée fit sourire ce dernier. Bah, s’il voulait mourir, il serait toujours temps d’exaucer son souhait après que le problème du zélé paladin serait réglé…

Pour ledit paladin, le temps de la prière était enfin passé, à en juger par la lance qu’il venait de projeter sur Léaldir et les armes qui s’étaient matérialisées dans ses mains par un prodige qu’il n’était pas vraiment le moment d’étudier. On en arrivait donc à la phase où l’on commence à agiter des bouts de métal tranchants dans tous les sens en croisant les doigts pour toucher quelque chose. Au moins, voilà qui règlerait le problème rapidement. Tout en beuglant, Moustache se jeta sur Ahakom… plus rapidement qu’il ne l’aurait cru, étant donné tout le barda métallique sur le dos de l’assaillant. Déjà, au lieu de charger et de porter une attaque frontale désespérante de par son manque de subtilité, le chevalier avait bondi derrière sa cible avant de lui asséner une taille terrible, puissante et précise… Attaque par derrière, un coup dur pour la prétendue droiture des paladins.

Mais pour ce qui était des coups par derrière, seul Nelby le fourbe aurait pu rivaliser avec Ahakom. Comme disent les humains, on n’apprend pas à un vieux singe à faire des grimaces. La lame ne rencontra que le vide, car Ahakom s’était dématérialisé dès le moment où il avait repéré un mouvement très subtil dans la charge du paladin, indiquant qu’il allait bondir sur le côté plutôt que continuer à courir tout droit. Ainsi, un tourbillon de volutes d’un vert ombré nimbaient maintenant l’épée sacrée de Gottfried, là où elle aurait dû trancher la chair impie. Comme pour se moquer, le nuage de brume virevolta dans la moustache du paladin avant de s’envoler vers une saillie des fortifications, où Ahakom reprit sa forme et jeta un sourire narquois à l’ange et au chevalier.


« Bon, maintenant je suis en haut, et vous êtes en bas. Je pense que je peux m’asseoir ici et vous regarder en découdre pendant un petit moment. Mais ce serait trop facile, n’est-ce pas ? Je tiens à récolter la gloire d’avoir abattu l’un des professeurs d’Elladat et l’un des chiens de la Garde. »

« Simhour, tu n’aurais pas du feu ?
- Très drôle. Prends ce que tu veux, cafard.
- Oh, c’est ce que je fais de mieux. »


L’énergie magique contenue dans le corps de Simhour, un Naur d’une force incroyable, se concentra dans la paume du vampire, celle qui tenait l’épée. Immédiatement, le plan de l’Ombre auquel Simhour était connecté par le Rubis de Sang fournit de l’énergie supplémentaire pour remplacer ce qui était utilisé. Ahakom ne put s’empêcher de ressentir un soupçon d’admiration teintée d’orgueil en constatant de nouveau les compétences de son fils prodigue. L’objet qu’il avait créé lui permettait de concentrer une quantité d’énergie théoriquement infinie, du moins tant que son corps n’explosait pas sous la pression… Et ce même objet qui avait permis le retour d’Ahakom sur ce monde allait maintenant revenir à son utilité première – semer la destruction.

Le feu accumulé dans le bras d’Ahakom se déversa sur la lame d’ombre. Une chaleur intense qui aurait immédiatement fait fondre n’importe quel métal non magique. Les deux autres, en bas, pouvaient peut-être même déjà sentir la température incroyable du feu de Simhour, et, s’ils n’étaient pas trop lents à la détente, en déduire que les choses sentaient le roussi pour eux, haha, le roussi.

Nonchalamment, Ahakom leva le bras. Le feu accumulé dans sa lame gronda, impatient de dévorer quelque chose. Puis le vampire frappa, comme s’il cherchait à porter un coup à un adversaire en face de lui. Le résultat fut le suivant : en un arc de cercle gigantesque, les flammes filèrent en rugissant vers le sol. Là où elles le toucheraient, ce qui correspondait à une bande d’une cinquantaine de mètres de long, elles brûleraient tout et ne laisseraient jamais rien repousser.

Le vampire était curieux de voir si quelqu’un allait y survivre.

_________________
Pourtant, sous la tutelle invisible d'un Ange,
L'Enfant déshérité s'enivre de soleil,
Et dans tout ce qu'il boit et dans tout ce qu'il mange
Retrouve l'ambroisie et le nectar vermeil...
Revenir en haut Aller en bas
Léaldir
Professeur de lumière
Professeur de lumière
avatar

Race : Ange
Poste : Professeur de Cala
Elément : Cala
Nombre de messages : 214

MessageSujet: Re: L'ombre sous les murs [Libre]   Mer 2 Sep - 23:24

l'excité de service bondit vers le vampire tout en brandissant sa lance (qui vient d'on ne sait ou) je fait simplement un pas de coté ,la lance passe à travers le cœur de l'image décalée puis telle un boomerang, elle revient vers son propriétaire.

N'ayant pas particulièrement envie de découper du paladin, je ne profite pas de l'ouverture qu'il laisse lorsqu'il porta son coup sur l'ombre du vampire, je tiens seulement ma garde attendant que la situation se précise mieux.
c'est plutôt la noirseur du vampire qui me dérange, depuis que je suis venu, pas même une illusion de doute n'a planée sur son comportement agressif.

en parlant de canines, on en voit le vampire, la créature de la nuit profita de la position haute pour lancer une gerbe de feu en notre direction, je l'esquive par un saut en arrière aidé par un bon battement d'aile de derrière les fagots, ce qui me projette bien 5 à 6 mètres en arrière, les arbres m'empêchant d'augmenter la distance.

le feu s'écrase au devant de moi, carbonisant tout ce qui avait en dessous. les flammes réchauffèrent un instant mon visage mais s'étouffèrent assez vite.
Revenir en haut Aller en bas
Gottfried de Monte-Foy
Grand Sénéchal de la Garde
avatar

Race : Humain (Fanatique à Moustache™)
Poste : Grand Sénéchal de La Garde
Elément : Cala
Nombre de messages : 40

MessageSujet: Re: L'ombre sous les murs [Libre]   Jeu 3 Sep - 0:48

Gungnir passa à travers de l'ange, en plein cœur, ou plutôt en plein cœur de l'image de l'ange, ce dernier ayant esquivé l'attaque. Gungnir fonça droit sur son propriétaire, puis ralentie, se retourna et se rangea au creux de sa main. Gottfried la révoqua aussitôt, puis chassa de sa main la brume qui lui avait chatouillé la Moustache. Sa colère monta d'un cran, la veine sur son front allait exploser.
Je déteste ces païens de mages qui ne se battent pas normalement. Un guerrier, un vrai, évite le coup avec une esquive, pas avec un tour de passe-passe! Dieu n'est pas miséricordieux pour les pêcheurs!

"Dieu pardonne; mais Dieu aussi Châtie! Voici la Rédemption!"

Gottfried bouillait d'une rage fanatique, quand le vampire perché sur Sa muraille(!!!) lança une terrible attaque flamboyante, inévitable pour un Paladin en armure lourde comme lui, même en courant de toute ses forces. Il allait devoir la bloquer. Il pria pour lui afin de regagner la paix intérieure, ce qui lui avait fait défaut depuis le début du combat. Cela l'avait probablement empêché d'atteindre ses adversaires. Dieu n'acceptait pas la colère vaine. Une demi seconde passa durant laquelle Gottfried eut le temps de se calmer, et réfléchir. Un Paladin sait réfléchir très vite quand il est dans une fâcheuse situation. Il prit le parti pour imposer son charisme et sa prestance. Il ne recula point, s'avança d'un pas et fut parcouru d'un halo lumineux encore plus éclatant de Lumière Divine. Il venait en fait de se renforcer avec la magie Cala, augmentant sa résistance. Il révoqua Balmung et sorti Dalring de son écrin alchimique. Il posa un genou a terre et insuffla une grande quantité de Lumière Divine dans son bouclier. Une double défense quasiment indestructible ou impénétrable. La vague enflammée était puissante mais manquait d'un peu de vitesse, heureusement pour lui. Il avait eu le temps de se préparer à temps, et de commencer une prière en son for intérieur; il s'en remettait à Dieu pour le sauver si jamais la magie était plus puissante que ce qu'il avait estimé.

Il prit l'onde enflammée de plein fouet, glissa en arrière en position statique de quelques mètres ainsi que de bons centimètres dans le sol. La chaleur rendait bouillante son armure, mais le halo de Lumière Divine le protégeait. Il faisait aussi preuve d'un mental hors norme. L'idée que la douleur n'est qu'une simple information lui convenait parfaitement. La vague diabolique commençait à s'estomper, Gottfried se releva, se sorti de la terre sans grand mal et s'avança vers les murailles. Il rangea Dalring et, encore caché par la fumée de l'attaque, commença une prière à la gloire des Cieux et de Dieux. Il se mit à briller, leva le bras droit paume vers le ciel en direction du vampire, et se figea un instant. La fumée partit en un coup de vent, laissant apercevoir un Gottfried très lumineux, moustache et cheveux au vent. Il lança d'une puissante voix grave assourdissante:

CHÂTIMENT DU MAL!!!

Au même instant une immense colonne de Lumière Divine s'écrasa à toute vitesse en plein sur le vampire.

Gottfried laissait de côté pour le moment l'ange qui ne semblait pas vouloir se battre, juste se défendre en cas de besoin.

_________________

CHÂTIMENT DU MAL!!!
Revenir en haut Aller en bas
Simhour Burningblood
Gardien renégat
avatar

Race : Vampire (Humain)
Poste : Renégat
Elément : Naur
Nombre de messages : 744

MessageSujet: Re: L'ombre sous les murs [Libre]   Ven 4 Sep - 1:16

L’une des deux cibles d’Ahakom jouait les puces. Un petit bond sur le côté lui avait permis d’éviter la lance de lumière, et à peine rétabli, il avait repéré l’approche de la vague de flammes et voleté hors de portée. Voilà que Léaldir, l’épée en main mais aucune intention combative sur le visage, se tenait à l’écart. Humpf, il était décevant. Raisonnablement rapide, mais pas très intéressant. Enfin, qu’il reste tranquille dans son coin s’il le voulait ; il serait éliminé après.

Le paladin, lui, n’avait pas bougé. Avec un sourire sarcastique, Ahakom remercia intérieurement le code d’honneur de ces fanatiques. « Jamais ne connaît la terreur, jamais ne fuit, toujours avance », ou quelque chose comme ça, était une partie importante de leur credo. En pratique et dans la situation actuelle, cela signifiait que Moustache n’avait pas l’intention d’esquiver l’attaque comme le couard de professeur ; de toute façon, son équipement ne le lui permettait pas, et le vampire se demanda si ce n’était pas précisément pour cette raison que la Garde bardait ses soldats de métal. En tout cas, il fallait une certaine stupidité mais aussi un certain cran pour décider d’encaisser une attaque si puissante mais si peu précise. L’affrontement serait vite plié… C’était toujours pareil avec les gens honnêtes ; ils avaient trop confiance en leur vertu et l’adage selon lequel le Bien triomphe toujours. Bien sûr.

Ahakom perdit rapidement son petit sourire suffisant quand les flammes se dissipèrent et que la silhouette inamovible au milieu de la zone calcinée refusa de s’effondrer ou de tomber en cendres. Manifestement, derrière son bouclier, le paladin était toujours vivant. « Inconcevable », eut envie de hurler Ahakom ; mais les siècles lui avaient appris qu’avec un peu d’entraînement, n’importe quelle loi, magique ou physique, pouvait être réduite en esclavage et servir à plus ou moins tout ce qu’on voulait. Et pour ce qui était de contredire les lois universelles les plus strictes, manifestement, son adversaire se posait là… Contre toute attente, il y avait de la magie là-dessous. Le halo brillant du paladin en attestait, et le bouclier ne devait pas être ordinaire non plus. Par les dieux, la moustache de l’homme n’était même pas roussie ! Légèrement contrarié, Ahakom ne pouvait pourtant pas le nier : il était excité.

Mais la contre-attaque se préparait. Le paladin, qui semblait avoir le pouvoir de matérialiser des armes à peu près comme il voulait, ne s’était pourtant pas rééquipé ; en fait, dès que la poussière fut retombée et que le vampire distingua son adversaire avec plus de précision, il comprit que… ce n’était pas par l’acier qu’il allait riposter. Une incantation… sans aucun doute.

Il s’en rendit compte avec stupeur – le paladin lançait un sort. Soudain, la nuit fut chassée ; un jour nouveau dont l’homme était l’unique soleil se leva sur le champ de bataille. Ahakom leva les yeux vers la lumière.


« Comment tu dis, déjà ? Ah oui. »

« Chiassure purulente. »


Seuls ses réflexes vampiriques le sauvèrent. Il bondit vers une autre des saillies du mur au moment même où le rayon de lumière frappait son ancien perchoir avec un vacarme assourdissant. Quand il se retourna, il vit exactement ce à quoi il s’attendait : une pile de graviers fumantes à l’endroit où s’était trouvée la saillie. Une attaque de Cala pur… Si elle touchait un vampire, être lié au Wethil, et plus encore Ahakom qui ne faisait plus qu’un avec le plan de l’Ombre, l’on pouvait avancer qu’il faudrait plus qu’une nuit de sommeil et quelques litres de sang pour régénérer. Ahakom jura de nouveau et s’enveloppa d’une sphère de Wethil qui avait pour but, sinon de parer, au moins d’atténuer la puissance du rayon s’il devait le toucher. Son corps était maintenant dissimulé sous une surface changeante de noirceur abyssale ; seul son visage restait visible, et il braqua un regard outragé sur le paladin.

« Tu es en train de tout casser ! » beugla-t-il. « Espèce de fou ! Il ne restera plus rien pour moi après… J’espère que tes supérieurs te châtieront pour ça ! Arrête d’abîmer ma citadelle si tu ne veux pas que je me mette vraiment en colère ! »

Ah, il y avait un autre avantage à la sphère d’ombre : c’était que Moustache ne pouvait pas voir la concentration terrifiante de Naur qu’Ahakom était en train de canaliser dans le Rubis. Les paroles du vampires, bien que sincèrement indignées, avaient aussi pour but de gagner du temps pendant qu’il chargeait son attaque. Mais il fallait plus que cela s’il comptait en finir ; il fallait aussi détourner l’attention du paladin. Cherchant des yeux une diversion possible, Ahakom la vit servie sur un plateau en la personne de l’ange qui se tenait toujours en retrait.

« Léaldir ! » aboya-t-il dans sa direction. « Tu ne vas pas défendre la fierté d’Elladat ? C’est un gardien qui te le demande ! Allez, attaque ce type ! »

Non pas qu’il espérât vraiment que l’ange lui obéisse… mais cela suffirait peut-être à faire en sorte que le guerrier détourne une partie de sa défense vers l’ange. Ce serait à ce moment-là qu’Ahakom frapperait.

_________________
Pourtant, sous la tutelle invisible d'un Ange,
L'Enfant déshérité s'enivre de soleil,
Et dans tout ce qu'il boit et dans tout ce qu'il mange
Retrouve l'ambroisie et le nectar vermeil...
Revenir en haut Aller en bas
Léaldir
Professeur de lumière
Professeur de lumière
avatar

Race : Ange
Poste : Professeur de Cala
Elément : Cala
Nombre de messages : 214

MessageSujet: Re: L'ombre sous les murs [Libre]   Ven 4 Sep - 2:25

Le bourrin à la pilosité avancée prit de plein fouet l'attaque de feu et en sorti indemne à ma grande surprise.

De toute évidence, il faisait appel à la magie du cala bien que d'un avis d'expert en cala, ce type de protection est un produit très dérivé et très spécialisé de la magie; l'influence de la lumière agissait directement sur le matériau à une échelle invisible à l'œil nu.... pour utiliser le cala de cette manière, il fallait être soi sacrément tordu ou alors vraiment spécialisé dans ce type d'utilisation.
*la réalité doit être un peu des deux...*

alors que j'évaluai la situation pour faire tomber l'oiseau de son perchoir, la boite de conserve utilisa une attaque ...disons aérienne.

Encore du cala, mais cette fois dans une expression plus pure et aussi surement plus concentrée.


Le vampire ne dû son salut qu'à un bond de coté.
une fois ses appuis retrouvés, il se transforma en ombre et commença les provocations et insultes maintenant habituelles envers le pauvre bonhomme à haute teneur en fer; pendant se temps, je ressentit une pression grandissante venant de son esprit.
*il prépare un truc c'est sûr*

comme le terrain commençait à devenir un vrai champ de bataille (tranchées, ruines, manque plus que les trous d'obus et c'est bon) je décidais d'intervenir.

entretemps, le vampire s'époumone à me dire de faire des trucs... je pige pas trop...bref

*un sort de restriction devrait faire l'affaire*

je pose à genou à terre et dessine vite fait sur le sol des flèches représentant les 4 points cardinaux, puis une glyphe au centre (celle représentant le ciel et la terre) puis un cercle entourant le tout, je place ma paume au centre et envoie l'influx de cala accompagné du sentiment d'amour paternel qui vont nourrir un peu tout ca.

Comme résultat, il se crée une enceinte carrée démarrant de la terre et qui semble remonter à l'infini dans le ciel, délimitée par des murs de lumière, d'un doré uni qui contiennent nos deux excités, dans cette zone, les esprits se calment et les volontés faiblissants, les pouvoirs sont plus difficiles à concentrer.
et comme d'hab pour le cala, l'ombre est allergique au contact direct (dans ce cas avec les murs) et vice versa.

(petite précision: le sort est assez puissant et pompe pas mal dans mes réserves, surtout la nuit)

"Et si on discutait?"
Revenir en haut Aller en bas
Gottfried de Monte-Foy
Grand Sénéchal de la Garde
avatar

Race : Humain (Fanatique à Moustache™)
Poste : Grand Sénéchal de La Garde
Elément : Cala
Nombre de messages : 40

MessageSujet: Re: L'ombre sous les murs [Libre]   Sam 5 Sep - 20:17

Le vampire avait évité le Châtiment du Mal, ce qui intrigua son instigateur, qui n’avait pas pensé la créature des ténèbres si agile et puissante. Elle venait de s’entoure d’un épais nuage noir de jais, tel une armure en forme de boule. Seule sa tête en dépassait, ce qui n’était pas exempt d’un certain ridicule. Il était apparemment étonné mais aussi énervé par Gottfried. Il cria de rage des menaces à propos des dégâts de la citadelle quant aux supérieurs de Gottfried, puis incita l’ange à aller attaquer.

Ainsi donc, il ne sait toujours pas qui je suis. De plus c’est un Gardien et l’ange vient d’Elladat… Encore et toujours Elladat, il va vraiment falloir que j’aille là-bas histoire de remettre un peu d’ordre… Il serait même possible que ce vampire provienne des environs d’Elladat, il n’y a pas beaucoup de Gardiens à ma connaissance. Mais cela voudrait dire qu’il est passé aux travers des filets du Belmont. Ou qu’il est plus puissant qu’un chasseur de vampire héréditaire, ce qui commence à être un problème de taille. Rien n’est impossible pour un Paladin de la Lumière Divine, je vais lui montrer qui est son adversaire.

Gottfried leva la tête vers le vampire et lui lança d’une voix claire et puissante, non entièrement dénué d’énervement :
"Ta Citadelle ?? Mes Supérieurs ?? Ecoute-moi bien engeance infernale ! Je suis Gottfried de Monte-Foy, Grand Sénéchal de La Garde, rénovateur de la Citadelle sur laquelle tu te tiens ! Je n’ai aucun supérieur si ce n’est Dieu ! Mets-toi en colère si cela te chante ! Mais tu ne partiras pas vivant d’ici ! Je serais le bras pourfendeur de Dieu !"

L’ange décida non pas d’attaquer Gottfried mais de les enfermer tous les trois dans une sorte d’immense cube magique dont les hauteurs semblaient toucher les cieux au plus haut. Ainsi donc il préférait discuter plutôt que de combattre, voilà une attitude louable, bien que naïve face à un monstre venu du néant tel qu’était le vampire.

Finalement, je n’aurais aucune raison de pourfendre cet ange, il ne représente pas de menace, sauf évidemment en venant de nous enfermer avec un vampire aussi puissant que je le suis. Il est même dans l’ordre du probable qu’il me surpasse. Dieu nous vienne en aide, lui saurait nous guider. Tiens, il y a quelque chose d’étrange dans cette atmosphère nouvelle… Cette magie carcérale agit sur mon esprit, me rendant moins combatif. Quelle ruse perverse et abjecte ! Comment peut-il un seul instant penser que ma Foi pourrait diminuer ?!

Gottfried baissa la tête, se gratta la moustache, puis se retourné d’un trait vers Léaldir, lui lançant d’une voix grave :
"Tu fais quoi là ? Il faut purifier ces lieux de ce démon abyssal, et ce n’est pas en essayant de me diminuer mentalement que nous allons y arriver. Tu ne souhaites pas le combat, tu n’es pas fait pour te battre, mais alors dans ce cas quitte les lieux et laisse-nous mettre un terme à ce combat. Je ne t’attaquerais pas si tu pars, ni si tu restes d’ailleurs, mais si tu entraves la Volonté de la Lumière Divine, alors là, je te pourfendrais, ange ! Tremblez devant ma Foi !"

On aurait qu’à ce moment des croix lumineuses avaient remplacé les yeux de Gottfried, mais cela ne fut que très bref, il se mit à courir vers la muraille, se nimba d’une lumière éclatante puis bondit en plein dans la muraille, au niveau le plus écroulé. Il s’accrocha et commença à escalader, enfonçant poings et pieds dans les interstices des roches descellées par les attaques. Il progressait rapidement, emporté par le flot de sa Foi, priant Dieu de lui accorder force et endurance afin de venir à bout du vampire, mais surtout parce que les dégâts matériels occasionnés rendaient l’ascension dans l’ordre du faisable.

Il se hissa sur les gravats du chemin de ronde (là où le châtiment du mal était tombé), légèrement essoufflé par la montée, puis fit face au vampire, prêt au combat.

"Reprenons ce combat comme des vrais guerriers, en face à face. De toute manière, avec le vacarme que l’on a fait en pleine nuit, La Garde est surement sur le pied de guerre, prête à mettre en branle les défenses de Ma Citadelle. Ta défaite n’est plus qu’une question de minutes, démon."

Gottfried dégaina Balmung, la prit à deux mains et chargea.

_________________

CHÂTIMENT DU MAL!!!
Revenir en haut Aller en bas
Simhour Burningblood
Gardien renégat
avatar

Race : Vampire (Humain)
Poste : Renégat
Elément : Naur
Nombre de messages : 744

MessageSujet: Re: L'ombre sous les murs [Libre]   Dim 6 Sep - 0:56

Les yeux d’Ahakom, derrière le voile d’ombre, ne perdaient rien de la scène – et ses oreilles non plus. Il avait mis Moustache en colère avec sa dernière tirade, et le voilà qui racontait sa vie. Et quelle vie. Le vampire comprenait maintenant qu’il ne se trouvait pas devant un paladin ordinaire. Il fut à la fois excité et déçu. Déçu parce que cela voulait dire que sa puissance était une exception et non la norme à la Garde ; excité malgré tout, parce que l’homme en face de lui était le cœur et le moteur de la Garde. Que se passerait-il s’il tombait ici sous la main d’un vampire ? Les yeux d’Ahakom se mirent à briller. Cela pouvait valoir le risque, jugea-t-il en continuant de concentrer son énergie.

Et puis il sentit la tension retomber. C’était incompréhensible. Son énergie était toujours là, son adversaire était toujours en bas et leur petit différent n’était pas résolu. Pourtant, d’un seul coup, cela manquait de motivation. Ahakom n’arrivait plus à trouver la force de canaliser l’énergie magique de Simhour et du Plan de l’Ombre. Qu’est-ce que le paladin avait bien pu lui faire ? Mais non… ce n’était pas lui, comprit Ahakom en regardant son adversaire. Il excellait dans la lecture des cœurs, et il pouvait voir que celui de Gottfried, précédemment enflammé par une rage de justice, n’avait rien perdu de sa force radieuse, mais présentait maintenant une aura plus posée. Lui aussi était affecté.

C’est alors que, après avoir cligné des yeux une fois, Ahakom se rendit compte que leur environnement avait changé. A quel moment la lumière avait envahi les lieux, il n’aurait su vraiment le dire – c’était comme si elle s’était imposé à leurs cœurs avant d’irradier la Citadelle et de former les murs lumineux que le vampire contemplait à présent. Ce n’était plus la nuit, mais ce n’était pas le jour non plus, sinon une retraite précipitée se serait imposée. Quel étrange phénomène. Et puis, en regardant la lumière, le vampire vit qu’elle convergeait vers un cercle tracé au sol, et près de ce cercle… Léaldir.


« L’ange a fait un truc », nota Simhour, apparemment très amusé par la situation. « Un sort qui rend les gens gentils au lieu de leur exploser à la figure. Ca lui ressemble bien, tiens. Je parie que ça t’énerve d’être aussi calme, hein ? »

Avec un grognement, Ahakom stocka dans le Rubis l’énergie qu’il avait rassemblée jusqu’ici.

« Non, Léaldir, on ne va pas discuter. J’aurais dû te tuer directement. »

Effectivement, c’était dit sans conviction. Bizarre, bizarre.

A ce moment-là, il sursauta. Gottfried, momentanément désorienté par toute la gentillesse dégoulinante de la magie de Léaldir, s’était remis à beugler. Ne s’arrêtait-il donc jamais ? Mais on ne pouvait pas lui en vouloir d’exprimer son désaccord envers l’intervention de Léaldir. Un si joli combat gâché. Oulà… maintenant, il avait fini de crier et il… escaladait le mur. Tiens donc. Il serait si facile de l’abattre en lui lançant l’énergie, mais Ahakom ne parvenait tout simplement pas à se débarrasser d’une certaine flemme. Après tout, à quoi bon se battre ? Et puis il commençait à se faire tôt…

Maintenant, Gottfried de la Pilosité Faciale était à son niveau et, bien remonté, l’exhortait à reprendre le combat. Ahakom ne pouvait que l’admirer pour s’être débarrassé si facilement de l’influence du sort. Le barbare en avait sous l’armure. Mais le vampire, lui, ne pouvait plus se battre ; en fait, petit à petit, il parvenait à reconcentrer son esprit sur son objectif – dessouder les deux combattants de la Lumière, l’ange et le chevalier – mais il savait que ça n’aurait plus la pêche d’avant. S’il fallait se forcer, autant arrêter là… et puis Gottfried soulevait un point intéressant. Les paladins de la Garde allaient bientôt débarquer. Donc soit Ahakom en finissait au prochain coup – fol espoir – soit il rompait le combat.


« Désolé », dit-il avec un sourire. « Je crois qu’on va s’arrêter là pour aujourd’hui. C’est devenu ennuyeux. De plus, j’ai un ami qui ne me pardonnerait pas si j’utilisais ses pouvoirs pour tuer un personnage aussi important dès la première rencontre… Trop peu dramatique, tu vois ? Alors, on se retrouvera à un moment plus approprié. Juste une dernière chose à faire avant de partir. »

Et en disant ces mots, il parvint à ramener à la surface sa haine et sa colère envers Léaldir qui avait gâché cette si belle soirée. Fort de ces sentiments, il s’empara violemment de la force qu’il avait concentrée dans le Rubis et la projeta dans son bras en un rayon d’une vitesse et d’une puissance destructrice dix fois supérieure à la vague de flammes avec laquelle il avait ouvert les hostilités. Avec un sifflement apocalyptique, le projectile volatilisa le voile d’ombre qui entourait le vampire, puis fondit vers sa cible : Léaldir, maître de la création de contretemps. Avec un peu de chance, la prochaine fois qu’Ahakom essaierait d’abattre un élément précieux de la Garde, il n’y aurait pas d’ange horripilant pour l’en empêcher.

« Messieurs, je vous dis adieu ! » rit Ahakom.

L’instant d’après, son perchoir n’était plus occupé que par un nuage de brume ombrée.

Et l’instant d’après, plus rien.

_________________
Pourtant, sous la tutelle invisible d'un Ange,
L'Enfant déshérité s'enivre de soleil,
Et dans tout ce qu'il boit et dans tout ce qu'il mange
Retrouve l'ambroisie et le nectar vermeil...
Revenir en haut Aller en bas
Léaldir
Professeur de lumière
Professeur de lumière
avatar

Race : Ange
Poste : Professeur de Cala
Elément : Cala
Nombre de messages : 214

MessageSujet: Re: L'ombre sous les murs [Libre]   Dim 6 Sep - 15:06

Concentré sur mon sort, j'ai des difficultés à ressentir s'il a été d'une grande efficacité ou pas.

quand tout d'un coup, le mec encloitrée dans son armure, se mit à monter comme une furie les murs de la citadelle et se trouva rapidement nez à nez avec le nuage noir et sa tête flottante...enfin rapidement mais, pas suffisamment rapide pour qu'il soit hors de portée d'une attaque, pourtant, le vampire ne bougea pas et laissa venir.

Je constatais avec satisfaction ce fait pensant que les choses allaient pouvoir se calmer lorsque après les menaces habituelles de l'être de l'ombre, il fit une petite logorrhée et lança une attaque magique rapide et concentrée en ma direction.

tel quel il me faut un petit moment pour briser le sort et retrouver ma liberté de mouvement, ma main droite restait désespérément collée au cercle d'invocation.

Le rayon heurta le mur nord de mon sort, et comme celui-ci n'avait pas été conçu pour résister aux attaques, il réagit violemment avec la part d'ombre que contenait le sort , un énorme pan du mur éclatât en gerbes d'étincelles noires et dorées, dissipant une part de l'ombre du maléfice, mais la majeure partie du sort étant de feu, presque toute la puissance traversa sans dommage la frontière lumineuse.

La réaction entre le wethil et le cala se fit ressentir en une violente douleur de mon coté droit, comme si on m'avait arraché à vif une cote ou deux, mais l'influx d'adrénaline aidant, je réussit à plaquer ma seconde main au sol , à invoquer un mur de protection et à déployer mes ailes.

Instantanément autour de ma main, se dessina trois cercles concentriques, contenant les runes servant à canaliser le sort: entre les deux premiers cercles, les runes indiquant quel type de sort ( la montagne pour la placidité , le fer pour la dureté et peut-être ma chance de survie : le vent ascendant) ainsi que des indications de forme ( la terre et le ciel comme précédemment) et entre le second et le troisième cercle, les éléments sacrificiels : l'air (d'habitude on met la terre mais c'est volontaire) qui permettent d'éviter de se prendre le contrecoup comme ca a été le cas la première fois.
Un épais mur de lumière tellement condensé qu'il semblait matériel s'éleva brusquement à quelques mètres de moi et se fit heurter par le rayon juste un instant après sa création, cette fois le mur tenu bon (largement) et absorba tout le wethil du sort créant une puissante onde de choc dans l'air, grâce au vent ascendant dans le mur, le rayon de feu fut très légèrement dévié vers le haut (à l'origine un mur de lumière n'est pas fait pour le feu), et l'onde de choc dans l'air vint gifler mes ailes et me plaqua au sol dans une position ridicule, les mains toujours collées à mes sorts, la tête dans la poussière, les ailes plaquées au sol comme un papillon épinglé à un tableau de liège et les jambes écartées au max.

le sort de feu me rasa de peu et vint heurter le sol entre mes jambes créant un petit cratère noir où des cristaux de verre avaient germé dans le sable, et une longue trainée de feu de 3 à 4 mètres dans les ronces des sous bois.

"pfffffff"
*j'ai l'air con mais au moins, je suis toujours vivant*

je dissipe mes sorts et me relève avec difficultés en m'appuyant sur mon épée.
Avec ce sort surdimentionné lancé à l'improviste sans support matériel ni temps de concentration, je venais ce bruler une énorme part de ma réserve magique et venais de toucher du doigts les limites de mes capacités la nuit.

je relevais avec difficulté la tête (argh!!! les vertebres qui grinces....)et retrouvais le rouquin toujours en haut de sa muraille, sans que je sache ce qu'il compte faire de moi.


Dernière édition par Léaldir le Lun 7 Sep - 0:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gottfried de Monte-Foy
Grand Sénéchal de la Garde
avatar

Race : Humain (Fanatique à Moustache™)
Poste : Grand Sénéchal de La Garde
Elément : Cala
Nombre de messages : 40

MessageSujet: Re: L'ombre sous les murs [Libre]   Dim 6 Sep - 23:17

Ainsi donc le vampire a choisit de s’enfuir plutôt que de terminer ce combat. Le pleutre, les créatures de ténèbres seront toujours lâches, c’est un fait. Et il en veut apparemment beaucoup à cet ange. Il faut dire qu’un être de lumière qui prône la discussion et la protection à l’affrontement et l’attaque ne peut que dégouter une engeance abjecte des bas fonds… Son sort de protection était tout de même finement pensé pour un manipulateur d’éléments. Il n’était pas si couard qu’il n’en laissait paraitre. Bah, je n’ai plus à m’en soucier, il ne semble pas belliqueux envers moi, de plus j’ai un long voyage en prévision. Cela fait longtemps que je ne suis pas allé à Elladat. Je me demande ce que devient l’ambassade de la garde… Si mon souvenir est exact, la jeune Major Kaeshi y est actuellement, il faudra qu’elle me fasse son rapport. Et il me faut aussi voir ce que vaut le dernier Belmont dont on me parle si souvent ; j’ai rencontré son père par le passé, tiens… Gontran ? François ? Décidément, je ne me souviendrais jamais de son nom.

Gottfried soupira, se dévêtit de toute combativité, son halo l’entourant faiblit en intensité mais ne s’éteint pas. Il restait toujours actif, telle une surveillance Divine permanente, ce qui pouvait déranger certaines fois les gens, mais Gottfried ne se souciait que peu du regard des autres. Ainsi que de leurs avis, mais c’était une autre affaire… Gottfried regarda en contrebas, l’ange le regardait d’un drôle d’air, un peu en attente d’une réaction de la part du Paladin. Celle-ci ne se fit pas attendre, il lui lança :
Je ne vous retiens pas plus longtemps en ces lieux. Ce mécréant de vampire vient de fuir comme un couard tel ceux de son espèce méprisable. Je n’ai pas de véritables griefs envers vous, si ce n’est que nous n’aimons que peu les mages et créatures magiques au sein de La Garde. Je ne vois aucune raison de purifier les lieux de votre présence, vous semblez sain et vous m’avez montré de bonnes intentions lors de ce combat. Je vous tiens légèrement rancœur pour avoir fait fuir ce suppôt du Diable, mais une prolongation de cette bataille n’aurait que plus détruit ma Citadelle.

Gottfried se retourna vers les soldats de La Garde qui commençaient à accourir d’un peu partout en armure et armés, prêts à tout affrontement. Il leur fit signe de s’arrêter puis leur tint ce discours :
Votre temps de réaction est vraiment trop long ! Les soldats de Dieux n’ont pas de temps à perdre, la paresse est un vil péché ! Bien, mais maintenant que vous êtes là, vous pourrez m’arranger ce pan de mur, il a subi quelques dégradations suite à une ébauche de combat. Sellez mon cheval sur le champ à propos ! Je pars à Elladat pour une durée non déterminée à cette heure. Je compte sur vous pour une sécurité exemplaire, un puissant vampire rôdait aux alentours ce soir, convoitant ces lieux.

Gottfried se retourna une nouvelle fois vers l’ange puis lui demanda rapidement:
Vous venez d’Elladat, et ce vampire semblait se désigner comme étant un Gardien. Pourriez-vous me dire qui est-il et quelle fonction l’a-t-on laissé occuper ?

_________________

CHÂTIMENT DU MAL!!!
Revenir en haut Aller en bas
Léaldir
Professeur de lumière
Professeur de lumière
avatar

Race : Ange
Poste : Professeur de Cala
Elément : Cala
Nombre de messages : 214

MessageSujet: Re: L'ombre sous les murs [Libre]   Mar 8 Sep - 15:59

le paladin m'autorisa à me retirer (j'allais pas me faire prier cette fois ci).

Puis il me posa cette question....

"c'est simhour burningblood, il est gardien des ruines qui jouxtent le château, près de kalinach.
Enfin.... c'était ainsi au moment de mon départ, je viens juste de revenir de voyage... enfin bref, dans tous les cas, il avait un poste et une situation stable...il faisait quelquefois des ecarts de conduite, mais rien qui n'indique qu'il devienne tel qu'il est maintenant.

Il a profondément changé... on dirait que quelquechose de très noir s'est introduit en lui... je ne le reconnait presque plus ......."

ma voix s'était éteinte pour ne plus être qu'un vague marmonnement sur les derniers mots.
les yeux dans le vague, j'essayais de me rappeler ce que j'avais vu en lui peu avant que je combat commence; de distinguer une forme dans la mer agitée qu'est devenu son esprit.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'ombre sous les murs [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'ombre sous les murs [Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un baptême sous les flocons. |Libre à tous les membres du Clan de l'Ombre |
» Comme une ombre dans la foule... [libre] [TERMINE]
» Musique sous le soleil [libre]
» Du haut de la fenêtre, on voit la foule sous ses pieds [libre]
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'école d'Elladat et sa cité Kalinach :: Et le monde extérieur... :: Citadelle de La Garde-
Sauter vers: